Un milliard de visages

Lorsque je vivais en Inde, à Calcutta, je m'étais lancé un défi: tenter de présenter à travers mes photographies mon regard sur cette ville. 

 

Un portrait est une histoire. Elle est plus ou moins dure, triste, joyeuse et légère, mais toujours riche. Au travail ! 

Calcutta

C'est la capitale de l'état indien du Bengale-Occidental et la troisième agglomération du pays avec plus de 15 millions d'habitants. Le climat tropical de mousson entraine de fortes précipitations et de fortes chaleurs auxquelles s'ajoutent une grande pollution atmosphérique (lien : Air Quality Index Kolkata).

Capitale des Indes britanniques de 1773 à 1913, la ville conserve encore aujourd'hui une trace de cet héritage colonial : le Victoria Memorial, la Cathédrale Saint-Paul mais encore les très nombreux immeubles à l'architecture anglosaxonne néoclassique évidente. 

La croissance industrielle, principalement textile, de la ville est forte dès la fin du XIXème siècle et au cours du XXème la population passe de 100 000 à 15 millions d'habitants. Une véritable explosion démographique. 

Aujourd'hui encore, bien que développée, la ville reste très marquée par la présence d'une extrême pauvreté. De nombreux bidonvilles s'étendent en divers endroits de la métropole. Les conditions de vie y sont extrêmement difficiles et l'échelle sociale totalement inexistante. Ceci est en grande partie dû au système de castes qui créé un déterminisme très fort dans les mentalités communes. 

J'ai eu la chance d'effectuer diverses missions et de voir beaucoup de choses en travaillant avec les Missionnaires de la Charité, une congrégation de soeurs chrétiennes créée en 1950 par Mère Teresa. J'ai passé sept mois dans le centre Daya Dan qui accueille des orphelins souffrants de handicaps forts. J'ai également travaillé à Nirmal Hriday (Kalighat) qui accueille des mourants en fin de vie ainsi que des patients en convalescence. 

Aujourd'hui encore, plus de vingt ans après la mort de Mère Teresa, ces centres d'aide humanitaire continuent de transmettre son message d'amour et de paix.

Les conditions de vie à Calcutta sont extrêmement inégales et il n'est pas difficile de passer d'un extrême à un autre. Pauvreté et richesse extrêmes se côtoient parfois de très prêt. 

Les tragédies humaines sont ici visibles à l'oeil nu, crues et sans filtre; en opposition totale avec le monde occidental ou ces formes de pauvreté sont des tabous qui doivent être cachés. 

____________________________________________________________________________________________________________________

À travers mes photographies, je vous propose de me suivre dans cette aventure humaine et personnelle. 

Je ne peux vous transmettre toute mes émotions mais en tous cas essayer de les représenter au mieux en image.

En Inde j'ai découvert et compris une grande partie de mon humanité qui m'était encore inconnue. 

Suivez moi à la découverte de ses visages.

Regardez bien, les plus sombres sont parfois les plus lumineux.

Bon voyage. 

White ambassador
White ambassador
press to zoom
Le sourire de nos amis
Le sourire de nos amis
press to zoom
Un regard coquin
Un regard coquin

Les indiens sont les champions du monde du regard coquin. Beaucoup de personnes viennent vous voir, le regard curieux et pétillant. Empli d'une curiosité débordante. Chose impossible à voir en Europe où nous sommes, d'une manière générale, assez distants des touristes.

press to zoom
Le travailleur des rues
Le travailleur des rues
press to zoom
Un ami, toujours à Howrah
Un ami, toujours à Howrah

Cette photo est douce, au moins autant que le regard tendre de cet homme. Les indiens n'hésitent pas à vous accorder une grande amitié après seulement quelques instants.

press to zoom
Le pêcheur d'Howrah
Le pêcheur d'Howrah

Étonnante photo qui me laisse songeur. Où sommes nous ? À Calcutta où à Anvers en compagnie d'un docker ?

press to zoom
Une amie shanti
Une amie shanti

Prendre la photographie à la verticale donne l'occasion aux couleurs de son visage de se révéler pleinement. Ce qui rend encore plus communicatif son sourire. Merci !

press to zoom
Homme à Howrah
Homme à Howrah

Certains regards sont plus familiers que d'autres. Parfois, en photographiant un inconnu, il m'arrive de retrouver sur son visage les traits familiers d'un être cher.

press to zoom
Vendeur de chemises à Howrah
Vendeur de chemises à Howrah

L'Inde est un pays de commerce. Les magasins ne restent pas cloitrés dans des centres commerciaux climatisés, mais s'étalent partout où il y a de la place. Trottoirs, chaussées, charrettes, tout est bon tant qu'il y a du passage. Cet homme m'arrête et me demande fièrement de le prendre en photo devant son magasin. Une simple table bricolée avec des tréteaux.

press to zoom
Father Vincent
Father Vincent

Portrait de mon ami Père Vincent. Un matin dans le bus en direction du dispensaire de Daya Dan.

press to zoom
Nikhil
Nikhil

Toujours souriant, toujours aimant il n'est pourtant pas bien grand. Il est arrivé qu'il me voit ému à la fin d'une belle journée de volontariat avec lui et ses 34 frères. Il me consola sans même me demander pourquoi. Nul besoin de parler, il avait compris et me connaissait déjà, un peu comme un frère.

press to zoom
Devenir un clown - 5
Devenir un clown - 5

Diplômes en poche et nez rouge en place.

press to zoom
Devenir un clown - 4
Devenir un clown - 4

Le maquille agit comme du plâtre et semble arrêter les visages dans le temps. Une seule émotion reste visible, celle du clown. Ainsi, c'est à travers ses yeux que l'on distingue encore les douces émotions de cet enfant. Ils ne font plus qu'un et dégagent, ensemble, une très grande beauté.

press to zoom
Devenir un clown - 3
Devenir un clown - 3

Peindre son visage n'est pas si simple que cela. Avez-vous déjà essayé ?

press to zoom
Devenir un clown - 2
Devenir un clown - 2

Drôle de sourcils pour un si petit bonhomme.

press to zoom
Devenir un clown - 1
Devenir un clown - 1

Mon ami Alessio, qui vient de Sardaigne, est un clown. Je l'accompagne l'après-midi dans une ONG qui s'occupe de diriger des activités d'ouverture pour les adolescents des bidonvilles. Une semaine très variée et riche en émotions qui mène, le dernier jour, à l'obtention de leur premier nez rouge. Un symbole fort qui implique de nouvelles responsabilités : apporter l'amour et la joie partout ou ils iront.

press to zoom
Homme dans le Gange
Homme dans le Gange

Les indiens ont une très forte connexion avec le Gange. Cependant, la pollution de l'eau atteint aujourd'hui des niveaux records et rien ou presque n'est fait pour améliorer la situation. De simples baignades peuvent être extrêmement nocives pour la santé. Les besoins en eau du Bengale-Occidentale étant croissants, c'est le Bangladesh qui, à certains moments de l'année, se retrouve presque sans eau et doit puiser dans ses sols dont l'eau est contaminée. Un cercle vicieux...

press to zoom
La rue c'est rasoir
La rue c'est rasoir

En Inde la rasage ne se passe pas à la maison, mais dans les rues. Ces dernières regorgent de milliers de divers petits magasins en tous genre dont des barbiers. De vrais artistes.

press to zoom
Proud on the Royal
Proud on the Royal

Royal Enfield fait la fierté des indiens de tous âges. Lancée au Royaume-Uni en 1901 la production s'arrêtera en 1970 et sera reprise en Inde ou la marque se développe très fortement. En 2014, la marque dépasse Harley-Davidson avec près de 303 000 unités vendues. Ces motos très populaires sont absolument partout sur les routes indiennes.

press to zoom
Journée Mondiale des malades 2019
Journée Mondiale des malades 2019

Sur cette photographie on peut voir deux enfants des rues scolarisés à l'école de Daya Dan. Ils sont ici en tenue de spectacle, prêts à représenter fièrement leur école devant la délégation du Vatican venue spécialement pour l'occasion. J'aime beaucoup le drap transparent de la jeune fille. Il donne des impressions de magie. En scène !

press to zoom
Sourire indien
Sourire indien
press to zoom
De dos, dans la nuit
De dos, dans la nuit

Cette photo parle beaucoup. La lumière, le mouvement des épaules de l'homme et le calme apparent en disent beaucoup sur l'ambiance qui règne la nuit à Calcutta.

press to zoom
Fierté nationale
Fierté nationale

Je ne suis pas un bien vieux photographe, mais c'est bien la première fois que je ressens un tel désir de la part des personnes d'être photographiés. Nous n'avons pas la même relation à l'image. En Inde être sur une photographie, se montrer et se mettre en scène dans des selfies est très bien vu. À tel point que le selfie tue. Selon une étude indienne entre 2011 et 2017, 259 personnes ont perdu la vie en se tirant le portrait.

press to zoom
Homme en jaune
Homme en jaune

Etonnante façon de porter sa couverture n'est ce pas ?

press to zoom
Le petit garçon et son sceau
Le petit garçon et son sceau

Quoi de plus amusant qu'un sceau quand il fait presque votre taille ? On peut se cacher dedans, s'y perdre, le faire rouler et même y faire pipi. C'est quand même sympa la vie quand on est si petit mais déjà si grand.

press to zoom
Indian Railway Station
Indian Railway Station

La voie ferrée finit par m'amener à une gare. Je m'arrête un instant. "Qui est donc ce curieux inconnu ?". Ces deux femmes m'ont suivi un moment en rigolant et en se taquinant entre elles. J'ai finis par m'arrêter et leur emprunter un peu de cet instant.

press to zoom
Les filles de Nimtala, en couleurs
Les filles de Nimtala, en couleurs

La beauté en Inde est saisissante. Le contraste est si grand qu'elle en devient évidente. Toujours sincères, les uniques sourires de Calcutta me bouleversent. Une fois de plus je me sens si petit.

press to zoom
Jeunes filles de Nimtala
Jeunes filles de Nimtala

Ce matin là la lumière était douce, l'atmosphère claire et un vent océanique très doux caressait la rivière. Un moment parfait pour photographier ces deux jeunes filles.

press to zoom
Le marchand de fleurs
Le marchand de fleurs

Prêt du pont de Howrah, sur les rives du large et tranquille fleuve Hooghly, dont l'eau provient du Gange, vous trouverez l'immense marché au fleur. Il faut s'y rendre le matin de préférence autour de 7:00. Un spectacle incroyable vous y attend et vous rencontrerez peut-être d'aimable personnages comme cet homme qui m'offrit une rose en souriant.

press to zoom
La pose du Boucher
La pose du Boucher

Le marché couvert de "New Market" est un lieu absolument fascinant. Entre poulets, canards, chèvres, marres de sang et carcasses de bovins, il est dur de se frayer un chemin sans avoir la nausée. Mais quel spectacle ! Inauguré le premier janvier 1874 le marché continue d'approvisionner toute la ville aussi bien en tissus qu'en fruits et légumes.

press to zoom